Traduction de notre ami Armand Rafalovitch de l’article de Sholem Shtern parue dans la revue mensuelle « Yiddishe Kultur ».

Introduction:

Le numéro de décembre 1950 de la revue mensuelle : Yiddishe Kultur, publie un article de Sholem Shtern *  de retour d’un voyage éprouvant en Pologne  où avec quelques amis il a visité Majdanek, puis traversé quelques villages, Shtetels sans Juifs , jusqu’à Zamoshtsh et jusqu’à son village natal Tishewitz .(Tyszowce) d’où sa famille est originaire.

Par ce témoignage Sholem Shtern exprime ce qu’il a ressenti en constatant de visu, peu après la fin de la deuxième guerre mondiale, ce que les Allemands avec les Polonais et leurs autres complices  ont fait d’un monde juif européen de 3 millions d’habitants en Pologne.

En présentant ce témoignage, nous voulons honorer la mémoire de nos disparus, mais aussi préserver le souvenir des événements tels qu’ils ont été ressentis par nos survivants et nos rescapés.

* SHOLEM SHTERN , 1906-1991 , émigre au Canada en 1927 avec ses frères : YEHIEL, ISRAEL HIRSCH et YAAKOV ZIPPER SHTERN. Tous les frères sont des écrivains Yiddish. Ils sont  rejoints en 1928 par leur père ABRAHAM DAVID qui sera rabbin à Montréal.

Visite de Majdanek

          Un chemin sablonneux s’étire vers Majdanek, entouré d’un univers verdoyant de champs et de prairies. Nous sommes quatre à marcher sur ce chemin en ce très chaud mois de Tamouz ( juillet). Deux amis de mon village natal, Moshe Kremplel et Avraham Eyzen et l’enseignant Feyvel Frid ( qui était autrefois  rédacteur de Khelemer Shtime , la Voix de Khelem, et aussi un de mes premiers rédacteurs).

Feyvel Frid est un intellectuel, yiddishiste , homme de progrès. Un homme instruit connaissant plusieurs langues, lecteur avisé et fidèle de la littérature yiddish.

Je me souviens de Feyvel Frid du Khelem d’avant- guerre : on l’appelait Feyvel l’élégant. Mes yeux me rappellent encore la grande beauté de sa femme.  Maintenant voici qu’il se traîne sur le chemin sableux. Il est vieilli, grisonnant et ridé par les souffrances endurées. Il respire lourdement. Mais il ne cesse de parler, ce sont ses souffrances qui s’expriment. Sa femme et sa fille ont été brulées à Maidanek. Sa femme a été conduite au four et sa fille a choisi de mourir avec sa mère plutôt que de rester seule. Feyvel Frid se traîne avec nous  en se recroquevillant  malgré la chaleur épouvantable qui règne et qui nous brûle comme si nous étions fouettés par des roseaux .

Feyvel Frid prononce un flot ininterrompu de malédictions. Qui n’insulte -t-il pas ?  Tous et chacun . Des blasphème  tels une grêle de briques vous fracassant la tête.   Après chacun de ses  épanchements de fureur et de douleur il termine par : «  Je me suis maintenant habitué à parcourir ce chemin, habitué à tout ceci. Cela m’est devenu égal que cela me soit devenu égal, vous entendez camarade Shtern. Le sable du chemin s’alourdit. C’est ici  le chemin de souffrance de notre peuple. Jour et nuit, affamés, sans paroles, meurtris, nos frères et sœurs y ont été chassés vers la fournaise ardente. Entourés de toutes parts de barrières électrifiées et de tours de garde. Il semble bien que même une mouche n’aurait pu s’ échapper. Sur le chemin un coup de pied fait surgir un ossement de bras, un crâne défoncé, des morceaux souillés de vêtements humains. Dans les fossés, des ossements de Juifs abattus. Car lorsqu’ils ont vu l’Armée Rouge s’avancer, ils se sont empressés d’abattre le reste des Juifs et les ont jetés dans les fossés. Au- dessus du fossé se tient la potence de la bête sauvage , l’assassin nazi, le chef de Majdanek que le gouvernement polonais a attrapé  et a pendu. KEN YOVDU, qu’ainsi soit leur sort – murmurent ses lèvres vengeresses – mais quelle consolation et quelle vengeance  peut-il y avoir en présence d’un si indescriptible malheur !

Non loin des fours crématoires (les bandits nazis ont réussi à en faire sauter un) des ouvriers rassemblent les cendres, les restes de deux millions de martyrs  et en font un mémorial, un monticule de cendres de restes humains. Une vision terrifiante !  Il m’est impossible de la décrire. Mon cœur s’effondre de douleur et d’épouvante. Je voudrais fuir et crier. Oui, hurler comme un lion blessé  dans la forêt.  Une montagne de chaussures. Qui n’a donc pas déjà entendu parler de ces montagnes de chaussures ? Mais lorsque l’on se trouve soi-même devant un monticule de pas moins de huit cents mille chaussures et sandalettes de Juifs et d’enfants juifs de différents pays, alors la terre  tremble sous vos pieds. De nombreux petits souliers commencent déjà à moisir. On les trie et on les étale au soleil. Lorsque je ramasse un de ces petits souliers d’enfant, mes larmes inondent le moisi et il me semble sentir la chaleur dégagée par les petits pieds y trottinant. Souliers, souliers d’hommes, de femmes de divers cuirs, de diverses façons. De même avec les vêtements, avec les tenues de camps, numérotées et marquées de lettres correspondant à la gestion de leurs crimes par l’Allemagne nazie.

Brosses, canifs, lunettes, brosses à dents de diverses marques. Objets que les Juifs ont emportés avec eux jusqu’à Majdanek où ils ont été massacrés. Sur les murs d’une de ces pièces, des photos d’enfants juifs, de leurs pères et  mères, d’un rabbin avec une épaisse barbe blanche et deux yeux brûlants et tristes qui me transpercent le cœur. A la vue de ces photos je suis parcouru d’un frisson d’horreur devant les supplices endurés par nos sœurs et frères jusqu’à ce qu’ils soient précipités dans les chambres à gaz. Les enfants ressemblent à des oisillons. Affaiblis et amaigris par la faim. Une fille d’une vingtaine d’année a l’air d’une enfant, des jeunes gents ont l’air de vieillards. C’est ainsi que les bêtes sauvages du fascisme ont martyrisé notre peuple.

La chaleur est étouffante. Le soleil lui-même est un four. Mais je suis pétrifié, je tremble comme transi de froid. Des chambres s’ouvrent. Compartiments de souffrance. Les bourreaux  leur donnaient pour nom « salles de bains ». Quelques pas dans cette « chambre de bains » et mes pieds se dérobent sous moi. Le besoin impérieux s’empare de moi, de m’affaisser et de rester là couché dans la chambre à gaz sans jamais cesser de gémir. Mais la source de larmes s’est tarie. Tout est si terrifiant. D’une atrocité qu’il est absolument impossible de concevoir avec nos habituels moyens humains de compréhension. Je n’arrive pas  à me rendre compte que dans cette chambre de surface réduite, pouvant contenir une centaine de personnes, on en ait entassé 400 ! Du plafond tombait de l’eau bouillante et une grêle de gaz sous la forme de billes ou de petits pois.

Notre malheur est incommensurable  ! Ceux qui ont subi cette grêle de petits pois de gaz ont eu la mort la plus douce. Car le gaz carbonique ordinaire a aussi été utilisé pour nous empoisonner.

Les criminels ont voulu pour se divertir, voir les Juifs se contorsionner dans de terribles douleurs. Plus longue la douloureuse agonie, plus le monstre nazi se réjouit. Par des ouvertures dans les parois ils ont fait entrer les gaz d’un poêle à charbon. Les émanations de monoxyde de carbone duraient plus d’une heure. Les gens entassés debout, saisis d’une intense douleur ont cruellement mordu leur propre corps. A l’extérieur, devant un hublot se tenait un officier S.S. qui regardait comment les gens se tordent de douleur, s’écrasent, s’entassent les uns contre les autres pour ne former à la fin qu’un seul bloc de chair humaine avachie qu’il faudra ensuite défaire en l’aspergeant d’eau.

Nous étions bien entendu au courant de cela par les lectures et les récits des rares rescapés. Mais lorsque je me suis retrouvé moi-même dans la chambre à gaz, les parois me semblaient brûlantes bien que le poêle soit froid et ouvert. Toutes les angoisses mortelles m’assaillent en même temps que m’envahit une haine brûlante envers les nazis et le nazisme.

Saisi de douleur et l’horreur je jure d’accomplir le devoir sacré de combattre partout et sans cesse le fascisme.

La fantaisie humaine qui a pu imaginer tous les compartiments de l’enfer est incapable de concevoir les images d’horreur de Maidanek. Les chambres à gaz, les fours à chaux où l’on écartelait les corps humains pour les faire griller. La table en carrelage de céramique munie d’eau courante. Elle ressemble à un autel. C’est là que l’on découpait ceux soupçonnés d’avoir avalé de l’or.

Qui peut oublier la pompe, entourée d’un bassin d’eau utilisé par un kapo juif (probablement un criminel juif de Lemberg). Chaque soir, il attrapait un Juif barbu, le retournait face en bas et le maintenait  sous l’eau jusqu’à ce qu’il succombe. Plus longtemps le Juif agitait ses jambes, plus intensément les criminels nazis se réjouissaient et rigolaient.

Pour pouvoir se moquer des internés, on leur ordonnait de faire de la sculpture. Des adultes ont dû mouler des figures comme des petits enfants, et on les exposait dans des vitrines Seul un cannibale nazi dans son cerveau malade pouvait  trouver matière à se moquer avec une telle méchanceté.

Majdanek est l’enfer de feu de notre tragédie. Mais où en est la fin ?  Où la bête sauvage s’est-elle blottie? Nulle part ! Mais le bilan résultant de Majdanek, Auschwitz, Treblinka se voit lorsque l’on descend dans les villes et villages de Pologne, sans  Juifs, sans aucune âme juive. Imaginez  l’image effrayante d’un voyage en autobus de Lublin à Zamoshtsh  sans rencontrer un seul Juif !  

Voyage en autobus de Lublin à Zamoshtsh 

La matinée est fraîche et tranquille. Les vitres encore embuées des petites maisonnettes  polonaises sont bleutées. Une paysanne, un châle sur le dos et portant un bidon de lait, arpente  de ses pieds nus le sentier boueux. Où donc porte- elle le lait ? Le vendre aux Juifs du village ?  L’autobus progresse sur la route : Piuzek, Ijbitse,  Krasnistov et d’autres villages. A Ijbitse les parois de la synagogue détruite nous contemplent. Le jour se lève sur un soleil ensanglanté, sa gorge coupée par les débris des vitraux. Nous passons devant les places des anciens ghettos, les foires et les marchés des camps. L’on y fait du commerce, on échange des chevaux, on vend, on se tape dans les mains, mais il n’y a aucun Juif.

Les villages me paraissent si étrange et vides. Ce jour-là le soleil a percé les nuages et n’a pas cessé de saigner sur la rive du ciel jusqu’à ce qu’une pluie se mette à tomber en averses.  Il me semble que des pointes incandescentes brûlent mon cerveau. Toutes mes artères sont tendues au point d’éclater. Mes amis, compagnons de voyage cachent leur visage de leurs mains pour que les autres passagers, Polonais, ne voient pas leurs larmes. Je suffoque. J’ouvre la fenêtre, et me penche au dehors. Le vent mêlé de pluie fouette mon visage. Mais c’est une vague de chaleur qui me frappe, une fièvre causée par l’effroyable spectacle alentour et je ne m’aperçois même pas que le vent rabat un torrent de pluie sur ma tête. Où sont les Juifs? Est-ce un mauvais rêve? « Mes amis – ai-je envie de m’écrier- ne pleurez pas.  Ce n’est qu’une illusion. Les Juifs n’ont pas disparu, ils ne se rendent tout simplement pas à la foire par une telle pluie » …

Dans cet état d’esprit nous arrivons à Zamoshtsh. Contournant les petits jardins nous atteignons la place carrée du marché. La ville est intacte. La guerre n’a pas engloutie les maisons  de ses flammes. Les trottoirs sur les quatre cotés n’ont pas changé et il fait sombre derrière les arcades de pierre. Là où mes proches demeuraient un petit Jésus peint couleur de sang avec une couronne d’épines sur la tête  est suspendu à l’extérieur.   

Autrefois, sous les voutes ombragées du marché carré entouré de jardins, résonnaient les clameurs des marchants juifs et des cochers juifs de Tishevits, Komarav et Shebreshin qui venaient ici avec des boutiquiers. Zamoshtsh  avait une jeunesse ouvrière instruite et combative. Voici la fameuse bibliothèque de Zamoshtsh et en face, l’hôtel de ville avec sa tour de l’horloge. Maintenant l’on ne s’y presse plus tous autour. Les bourgeois se sont installés dans les maisons et les boutiques juives. Les paysans des alentours sont devenus les clients et aussi les vendeurs pour ces petits bourgeois. J’ai constamment l’impression que des silhouettes défilent devant moi, et non pas des personnes. Comment est-il  possible de prendre une ville comme Zamoshtsh et la vider de ses Juifs ? Mes jeunes années de rêverie sont inscrites dans ses sombres ruelles et passages paisibles. Une douleur opprimante étouffe mon cri de plainte. Et de toute façon, devant qui devrais-je me plaindre?  Devant les petits bourgeois qui ont baigné dans le sang juif et se sont enrichis de notre malheur ?  Mais la vengeance sera prise, le nouveau gouvernement populaire polonais  règle ses comptes aux pogromistes, à ceux qui osent avec un sourire hypocrite affirmer : « Chez nous il n’y a pas de Juifs »

Nous ne traînons  pas, nous nous dépêchons comme si nous cherchions et nous attendions à trouver un Juif originaire de Zamoshtsh . Et tout à coup je pense voir sortir d’un étroit passage, I. L. Peretz . Il est courbé, sa mine est grisâtre, des larmes inondent ses yeux, les pans de sa pèlerine s’agitent comme les ailes ombreuses d’un moulin à vent. Il marche seul et ses lèvres tremblent. L’horloge de la tour sonne. La sonnerie se disloque comme si quelqu’un  avait frappé le cadran de l’horloge à l’aide d’une tôle de laiton.  Le marché entier tourne avec moi. Mais où donc ai-je abouti ? Voyez, – et je tend ma main comme si je voulais saisir la silhouette d’ombre.  Voyez, je murmure effrayé à mes amis : Voilà Peretz qui  se dirige vers la tour de l’horloge ! Voilà qu’il a saisi les aiguilles en acier. Il les martèle en leur criant sur un ton plaintif : Où sont mes Juifs ? Où se trouve Jokhanan le porteur d’eau ? Où sont les sages de Loshtshev ?

 Mes amis s’arrêtent. Ils se couvrent les yeux de leurs mains et pleurent. Et Dieu a fait ressortir le soleil de son écrin … et l’a fait flamboyer au dessus de nos têtes.

C’est aujourd’hui jour de foire à Zamoshtsh. Le commerce bat son plein derrière l’ancien mur de fortification. Nous arrivons à la place de la foire et prenons, à travers le couloir de la fortification,  la direction de la nouvelle ville C’est par là que les Juifs ont été conduits à Beljits pour y être brûlés. L’on nous remet une photo trouvée sur le cadavre d’un chef nazi,

Elle montre les Juifs de Zamoshtsh sur le lieu d’où ils ont été menés sur le chemin de la mort. Petits et grands, marchant en rang, précédés d’un vieillard imposant, la barbe flottant, le sac de prières sous le bras. La photo est si petite que nous ne pouvons reconnaître personne.

Entre la vieille et la nouvelle ville rien n’a changé. Toutes les maisons sont debout, mais certaines ont été transformées ou murées. Sur la route l’on renouvelle la chaussée en briques.. Mais une chose cloche – le trajet dure trop longtemps. Nous aurions dû être déjà du côté du cimetière mais nous venons de nous arrêter devant un magnifique parc avec des bancs en pierre et des pelouses irriguées. Des enfants se balancent. Une maisonnette blanche est grande ouverte baignée par le soleil. Mais où donc est le champ de repos ? Mais arrivés au marché aux chevaux, nous avons déjà tout compris. L’on y a couché les pierres tombales gravées de «  Ici repose… » suivi des habituelles inscriptions en caractères hébraïques relatives au défunt qui repose en terre.

Les nazis ont labouré le cimetière, l’ont pavé avec les pierres tombales et maintenant il y a là un parc de divertissement. Ainsi a été effacée la mémoire-même de la sainte communauté de Zamoshtsh.  Une femme vend des fleurs, une fille vend des glaces.

Nous nous sommes empressés de retourner à la vieille ville. Et nous avons appris qu’à Zamoshtsh se trouve un Juif – l’apothicaire Epshtein. Nous sommes entrés dans la pharmacie. Il s’est libéré de quelques clients en confiant leur ordonnance à son aide, un Juif lui aussi, qui travaille avec lui depuis de nombreuses années. Le vieil apothicaire Epshtein était connu comme Juif assimilé et homme autoritaire. Cela veut dire que nous avons à faire à un véritable dominateur  (comprenez : un homme mauvais). J’ai compris à son sujet qu’il a été un ‘Conseiller Juif’. Et il me l’a confirmé lui-même.  A ma question : Comment avez-vous survécu ? Il a composé une vilaine histoire, comme quoi il a fait partie dans un premier temps du « Judenrat » ( organisme mis en place par l’occupant), et ensuite, lorsque l’on a exigé de livrer des Juifs pour les tuer, il serait devenu un « Juste » …                                                                     

Ma ville natale Tishewitz   

L’autobus trace sa voie dans le sable de la route de campagne entre Zamoshtsh et ma ville natale  Tishewitz. Je suis plongé dans le souvenir des événements douloureux de la journée. I. L. Peretz – le grand Juif et poète ne repose plus à Varsovie. Comment peut-il rester tranquillement à sa place entre ses meilleurs amis Dinenzon et Anski, alors que l’on assassine ses frères juifs ? I. L. Peretz a été martyrisé avec tous les Juifs sur le chemin de Beljits. Il a accompagné chacune de communautés juives…

Nous sommes la veille de TISHA BAV. (jour du deuil de la destruction du temple de Jérusalem). L’autobus est déjà dans le banlieue, a déjà passé le grand pont, le Domaine, a cahoté sur le deuxième petit pont à l’entrée du village, mais où est le village ? Nous voici arrivés à l’autre bout du village près de la station de police. Où donc s’en est allé le village ?  Dans quel endroit sommes- nous allés nous perdre ?  Le souffle me manque. La soif me torture comme si je m’étais égaré quelque part dans un désert. Il n’y a pas de village !

Il a été brûlé par les Polonais, battant en retraite en septembre 1939. Tishewitz a été un camp de concentration . On ne voit aucune trace de maisons. Je ne peux situer l’endroit où se trouvait notre maison familiale. Aucune trace d’urbanisme, aucun mur, cheminée ou fondations, seulement des trous, des sillons remplis de ronces d’où s’envolent en criant de noirs et méchants corbeaux. Qui a ainsi détruit le village ? Les Polonais, nos voisins depuis des centaines d’années, Ils ont épié les Juifs dans leur pauvreté pour les dérober. Ce sont eux qui ont ouvert le feu sur les soldats de l’armée rouge en retraite, eux qui veulent saboter le nouveau gouvernement populaire avec à Lublin, le cri sauvage de haine : « BOGA, notre dieu, donne-nous ! (les biens des Juifs) », Ce sont eux qui ont aidé à assassiner les Juifs. Ils ont cherché l’or et l’argent des Juifs et fouillé dans les murs, dans les fondations. Ils ont tout emporté, dérobé, saccagé et n’ont laissé derrière eux  que des fosses borgnes remplies de ronces.

Le ciel brûle. Le soleil est une roue sanglante qui tournoie et son sang coule sur des marches de briques pour tomber sur la désolation. Les corbeaux s’envolent effrayés en croassant. Ils s’élancent dans les rayons brûlants du soleil.

            Quel jour sommes- nous ?  TISHA BAV ? Mais j’entends réciter les hymnes du « Chant des Chants » du vendredi soir. C’est ici, me semble-t-il que se trouvait l’oratoire du Husatiner ( le Rabbin khassidique Husatin) , la maison d’études, la synagogue décorée de trompettes, des tribus avec leurs fanions, du tabernacle, des Juifs errant dans le désert, du Lévitan qui tient sa queue dans sa gueule, car s’il la relâche, le monde s’écroule et redevient néant et désolation. La voûte céleste ondoie dans le crépuscule au- dessus de nos têtes, voilà que le soleil descend  sur l’horizon et ses flammes nous encerclent. Nous marchons dans un monde qui hurle dans les flammes, lesquelles ne le consument pas. Désolation ! Une poussière brûlante tournoie. De noirs corbeaux croassent et sautent par dessus les crevasses. Une vieille femme goy (non juive) parlant yiddish se tord les mains de désespoir : « Je ne vous reconnais pas mais j’ai connu vos parents. Bonne mère ! Dieu du ciel ! Mon mari, mon Bénédict, vous vous en souvenez ? Ces brigands l’ont assassiné aussi. »

L’avocat polonais du village Ieremtshik et sa femme (qui dans sa jeunesse a vécue à Detroit) nous guide. Lui-même a été quatre ans à Auschwitz . Elle me raconte en anglais certains détails sur l’extermination. Les corps des Juifs se trouvent en grand nombre dans les prés et les forêts. Nous arrivons au cours d’eau qui mène  au pâturage. Autrefois s’y trouvait le bain et la maison de retraite. Un large ruisseau ondule entre les vergers et les potagers. Aujourd’hui ce cours d’eau est à sec. Des plaques de boue verte s’étendent sur des flaques d’eau. Nous les enjambons aisément.  Voyez, dans ces flaques le sang des fusillées et poignardés a coulé des heures durant. Ces assassinats , liquidations en masse se sont produites deux fois. La première à SHAVUOT (pentecôte juive) 1942 , et la seconde les deux semaines après les « jours redoutables » (nouvel-an juif et Grand-Pardon). Juste là, derrière le potager de choux et de betteraves se trouvent la plupart des Juifs de Tishewitz assassinés ainsi que des Juifs tchécoslovaques. Là devant vous dans la fosse septique on les a massacrés et jetés dedans encore agonisants et fermé la fosse avec des planches.

Je soulève une planche : des corps décomposés, des crânes défoncés. Je tombe, je m’étale sur les ronces. Seules mes lèvres s’expriment en brûlant de soif. La roue solaire saigne sur la forêt  de Lipowitsh . Il me semble qu’il s’agit de la roue fracassée du moulin incendié. La roue flamboie. Du sang surgit en écume sur ses ailes acérées. Je ne pleure pas, mais ma douleur est comme si l’on portait un fer rouge sur mes yeux obscurcis. Je suis aveuglé.

La femme raconte en pleurant : « Quant à moi, j’était malade. Une fillette juive se trouvait chez moi. Elle était belle et aimable comme un ange. Elle est venue me demander de la cacher.

 Mais où aurait-on pu cacher quelqu’un dans le village incendié ?  Et les petit-bourgeois – le Polonais et les Ukrainiens ont aidé les nazis. C’est ce qui a été le plus horrible. Les voisin polonais conduisant leurs voisins juifs à la mort. J’ai dû faire mes adieux à la fillette, et dès qu’elle fut sortie de chez moi elle a été traînée par ses tresses dorées, et poignardée près de la meule de blé avec ses parents et ses petits sœurs et frères. Voyez-vous cette masure ? C’est là que l’on enfermait les récalcitrants.

Je sors sur la prairie. La lune s’est levée, argentée, entre les crânes défoncés. Des hordes de corbeaux crient sur les peupliers. J’entends tout cela et suis muet.

Je voudrais pleurer mais la source de larmes s’est tarie.. Je voudrais crier mais le cri ne veut pas sortir de moi. Le silence et la nuit s’installent sur la prairie. De derrière la meule foin, sur le pâturage, arrive un garçon berger qui siffle un air triste. Une odeur de foin coupé parfume la prairie. Nous retournons, il fait sombre. Nous allons vers le verger du domaine, vers l’ancien cimetière juif. Bientôt nous nous trouvons sur des pierres tombales déplacées. Leurs inscriptions ont été effacées. Il n’en reste que quelques lignes de -ci de-là : j’en déchiffre quelques-unes. Le cimetière a été labouré. Toutes sortes de verdure y pousse. Là où se trouvait l’entrée, un lycée a été construit.  Le tombeau de mon grand-père et la pierre tombale de mon frère aîné sont appuyés contre un tronc d’arbre creux – aucune trace ne reste de ce grand lieu sacré où selon la légende reposait le Messie descendant de Josef. Les Juifs se déchaussaient quelques mètres avant d’arriver au tombeau où ils déposaient des suppliques au pauvre tailleur, l’ermite. Les nazis ont labouré le cimetière, profanant à la fois la vie et la mort.

L’obscurité descend sur nous.. Dans ma grande douleur, le me souviens que nous sommes la nuit de TISHA BAV . Mais je n’arrive pas à me remémorer l’air de la triste récitation des LAMENTATIONS, alors que je vois bien devant mes yeux les Juifs déchaussés accroupis sur leurs chaises renversées. Je ne marche pas au milieu de ruines. Tout à totalement été détruit. J’erre dans un désert de désolation. Pourquoi je ne crie pas ? Ma voix est engluée dans ma gorge. Il fait noir. Une épaisse obscurité couvre la dévastation.

            La soif me brûle. Je m’approche du puits. Mais lorsque je suis sur le point de remonter le baquet de bois, un imposant paysan surgit .Il saisit le seau et renverse l’eau dans le puits. « Avant de boire cette eau, il faut au préalable la faire bouillir. L’eau n’est pas potable. Autrefois, lorsque les Juifs étaient là, il y avait une pompe. Aujourd’hui il n’y a plus de Juifs, plus de village, plus de pompe. Tout est mort autour de nous. Je m’appelle Kalmuk, le cagibi de la poste au deuxième étage m’appartient. Tu es le fils du SHOYKHED ? L’abatteur rituel »,  Oui, réponds-je. – « Peut-être sais-tu comment et quand mes proches ont péri ? » Eh bien, – il se gratte et gémit : tu connais le lieu  mais je ne peux  dire comment. Mieux vaut que tu ne le saches pas. Vois-tu là-bas derrière les étables il y a aussi des Juifs. C’est avec des barres qu’on leur a fracassé le crâne, à ceux qui s’enfuyaient vers la foret de Lipowitsh. A quoi bon savoir qui a fait cela?  Le sachant, serais-tu consolé ?

            Impossible de m’endormir… J’ai l’impression que l’obscurité écume et déferle sur moi comme des vagues. Je suis trempé de sueurs froides et les larmes coulent de mes yeux et la douleur explose. J’enfouis ma tête dans le matelas de paille et sanglote. Mes compagnons sommeillent et gémissent. Ils sanglotent dans leur sommeil. Soudain il me semble que c’est Shabbat (samedi). Les bougies sabbatiques scintillent dans le village. Mais cela ne dure pas. Elles s’éteignent. J’essaie, les yeux fermés dans l’obscurité, de les rallumer. Qu’elles  brillent encore et tremblotent à travers les vitres. Mais je ne puis par aucun moyen revoir l’image d’un vendredi soir avec les bougies sabbatiques allumées qui  scintillent.  Elles se sont éteintes. Les Juifs aussi, comme les bougies sabbatiques allumées, se sont éteintes prématurément.

Le lendemain matin de bonne heure, l’autobus nous amène et la désolation de mon village natal disparaît. Sur la tombe commune couverte  de ronces, la rosée argentée scintille. A nouveau les larmes jaillissent de nos yeux. Nous savons que nos martyrs resterons là au milieu du pâturage sans pierre tombale.Aucun Juif ne viendra plus par ici pour les pleurer. Nous sommes peut-être les derniers à avoir dans la douleur, pleuré sur leur sépulture. Nous savons aussi que ce qui s’est passé avec mon village natal Tishewitz, avec Komarav et Zamoshtsh est arrivé aussi sans exception à toutes les autres villes et villages juifs de Pologne.

Toute notre ossature a été atteinte par cette catastrophe. Je souffre et suis en colère, je serre mes poings : «  Souviens-toi ce que t’a fait le Nazi-Amalek ! » Lève-toi et venge-toi des  victimes de notre peuple sur les bêtes féroces fascistes partout dans le monde !

Cette entrée a été publiée dans Actualités et Chroniques. Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.